Une pétition contre l’absence d’actrices de plus de 50 ans dans les fictions

Après 50 ans, le tunnel. « On disparaît quand on approche la cinquantaine et on réapparaît quinze ans plus tard quand on est grand-mère », confie Marina Tomé, comédienne à l’initiative de la pétition Tunnel de la comédienne de 50 ans. Lancé par l’association des acteurs et actrices de France associés (AAFA), ce manifeste veut lutter contre le manque de représentation des femmes de plus de 50 ans dans le cinéma français.

Un quart de la population majeure totale est constitué de femmes de plus de 50 ans, pourtant en 2016 seulement 6 % des rôles ont été confiés à des femmes quinquagénaires selon l’AAFA. « Dès que la femme n’est plus une mère potentielle, elle n’existe plus. C’est la vision patriarcale de la femme marmite. Quand la marmite est cassée, on la jette », clame l’actrice.

Disponible sur change.org, la pétition sera remise à Françoise Nyssen, ministre de la Culture, et Marlène Schiappa, secrétaire d’État chargée de l’Égalité entre les femmes et les hommes.

Obtenir une étude officielle genrée

Signé par de nombreux professionnels du cinéma, le texte a récolté pour le moment plus de 4 900 signatures. Son objectif : obtenir la première étude officielle genrée par âge sur les acteurs et actrices. « Avec cette étude, là on pourra pointer les choses et savoir exactement à quel moment les actrices disparaissent des écrans », explique Marina Tomé.

Le manifeste désire notamment une proportion équitable des personnages de plus de 50 ans entre les hommes et les femmes et une représentation des femmes conformes à l’évolution de la société. « Dans les films, on retrouve des hommes de 50 ans avec des femmes de 30 ans, alors que l’écart moyen d’un couple en France est de deux ans », précise l’artiste française.

«Qui n’est pas représenté n’existe pas»

Dans une industrie cinématographique en pleine remise en (…)

Source

L’article Une pétition contre l’absence d’actrices de plus de 50 ans dans les fictions est repris par MONDIALNEWS mais nous n’en sommes pas les auteurs. Voir ci-dessus : Source

Source link