Le Pen : le débat s’envenime, Macron en vedette à Sarcelles

LE PEN – MACRON – Ce jeudi 27 avril 2017, Marine Le Pen s’est affichée avec les pêcheurs avant d’être critiquée voire moquée par Emmanuel Macron, qui s’est offert une séquence de star à Sarcelles. Débat et campagne en direct.

21:18 – Emmanuel Macron : «Dimanche soir, j’étais d’une joie grave»

Invité de l’émission Élysée 2017, sur TF1, le candidat est revenu sur la “liesse”, pour reprendre les mots de Gilles Bouleau, à laquelle il s’est prêté dimanche soir après l’annonce des résultats, souffrant de la comparaison avec l’élection de 2002 où Jacques Chirac était apparu le visage fermé. “Dimanche soir, j’étais d’une joie grave. Le chiffre que j’ai obtenu est supérieur à celui que Jacques Chirac avait obtenu en 2002. Il y a encore quelques semaines, personne ne pensait que je serais présent au second tour. Donc la joie d’avoir réussi et de pouvoir redresser la France, et une gravité liée à la situation de la présence de Mme Le Pen parmi les finalistes”, a-t-il déclaré. “Je suis aujourd’hui celui qui doit rassembler le camp des républicains, celui qui doit réconcilier une France facturée par le Front national”, a-t-il ajouté.

20:55 – Marine Le Pen fait siffler Christian Estrosi à Nice

Elle l’avait annoncé, Marine Le Pen attaque le candidat d’En Marche ! lors de son meeting à Nice. “Cette élection présidentielle est un référendum pour ou contre la France”, a-t-elle lancé. “L’horizon de monsieur Macron, c’est la déconstruction de la France, de ses valeurs et de son unité” a-t-elle déclaré, avant de rappeler les soutiens au candidat d’En marche ! de Daniel Cohn-Bendit, Laurence Parisot, Manuel Valls, Robert Hue ou encore Christian Estrosi, président de la région PACA, qui a été longuement sifflé par les militants niçois. Ils ont d’ailleurs scandé “Estrosi démission” pendant quelques secondes.

20:42 – Marine Le Pen : «Emmanuel Macron, c’est le pyromane qui veut se faire passer pour le pompier»

Lors de son premier meeting d’entre-deux-tours, la présidente du Front national Marine Le Pen dès ses premiers mots attaqué son adversaire Emmanuel Macron. Elle a livré un discours dans lequel elle a fait des “confidences” : se félicitant d’avoir amené les candidats du premier tour à “parler de la France” et à “chanter la Marseillaise”. Pour elle Emmanuel Macroni « prononce ses discours en anglais” et “accuse la France de crimes contre l’humanité quand il est à l’étranger”. “C’est le pyromane qui veut se faire passer pour le pompier”, a-t-elle ajouté.

20:18 – Une ancienne conseillère de Pompidou annonce son soutient à Marine Le Pen

Marie-France Garaud est une gaulliste historique. Elle vient d’annoncer qu’elle donnera sa voix, le dimanche 7 mai prochain lors du second tour de l’élection présidentielle, à la candidate du Front national, Marine Le Pen. Selon elle, Marine Le Pen est la seule à pouvoir rendre à la France sa souveraineté. L’ex-conseillère de Georges Pompidou qui s’était présentée à l’élection présidentielle en 1981 vient donc de choisir son camp.

20:02 – Et si certains bureaux de vote étaient fermés pour le second tour ?

Étant donné que les deux principaux partis politiques de France, le parti socialiste et les Républicains, ne sont pas qualifiés pour le second tour de l’élection présidentielle, certains bureaux de vote pourraient ne pas ouvrir leur porte le dimanche 7 mai prochain. Pour que le vote puisse se dérouler en toute légalité, deux assesseurs sont en effet obligatoire dans chaque bureau de vote en plus du président, le maire, un élu municipal ou à défaut un électeur désigné par le premier édile de la commune. Les deux grands partis, Les Républicains et Parti socialiste, sont traditionnellement des fournisseurs habituels d’assesseurs. Mais leur élimination pourrait perturber le fonctionnement du second tour de l’élection présidentielle.

19:41 – Des milliers de personnes ont manifesté en France contre Macron et Le Pen

“Ni Marine, ni Macron, ni patrie, ni patron”. Près de 3 000 personnes se sont rassemblées jeudi à Paris, Rennes, Lyon ou encore Nantes pour protester contre Marine Le Pen et Emmanuel Macron. Dans la capitale, près d’un millier de lycéens ont manifesté à la mi-journée de la place de la République jusqu’au cours de Vincennes où ils ont été arrêtés par les forces de l’ordre. Durant cette marche, certains groupes de jeunes ont lancé des projectiles – notamment des bouteilles de verre – contre policiers et gendarmes, et ceux-ci ont riposté au gaz lacrymogène, notamment sur la place de la Bastille. A Rennes, 950 personnes selon la police et 1 500 selon les organisateurs ont défilé avec pour mot d’ordre “#OnVautMieuxQueÇa”. Enfin à Nantes, environ 400 personnes ont manifesté au son de “Ni patrie, ni patron, on nique les élections” ou “Macron, Le Pen, la finance ou la haine”.

19:26 – Martine Aubry refuse d’appeler à voter pour Emmanuel Macron

Dès dimanche soir, et alors que l’on venait de découvrir le nom des deux candidats qualifiés pour le second tour de l’élection présidentielle. La maire de Lille a donc tout de suite twitté qu’elle appelait les électeurs à faire barrage au Front national. Elle ne dit donc pas clairement qu’elle appelle à voter pour Emmanuel Macron. Pourtant, en 2002, elle avait appelé à voter pour Jacques Chirac. Elle n’avait pas dit de voter contre le Front national. «C’est une évidence, elle va voter pour Emmanuel Macron», assure l’équipe de Martine Aubry au Figaro. «Pour elle, faire barrage au Front national signifie déposer un bulletin de vote pour le candidat d’en face. C’est surréaliste de penser qu’elle pourrait voter blanc ou bien s’abstenir».

19:04 – Emmanuel Macron «est en perdition, il n’est pas au point», selon David Rachline

David Rachline, le directeur de campagne de Marine Le Pen, a été interrogé par BFMTV avant le meeting de Marine Le Pen à Nice. Il a jugé qu’Emmanuel Macron était “en perdition. Il n’est pas au point, ses opérations de campagne ne sont pas préparées”, a-t-il lancé. “Nous nous adressons à tous ceux qui sont orphelins du premier tour”, a ajouté le maire de Fréjus, expliquant que la candidate, qui s’est mise en congé de la présidence du FN, veut désormais rassembler “beaucoup plus largement que le Front national”.

18:36 – Débat présidentiel du 3 mai entre Macron et Le Pen : quels sont leurs soutiens du jour ?

Les deux finalistes auront intérêt à bien connaître leurs amis et leurs ennemis s’ils ne veulent pas commettre d’impairs lors du débat de l’entre-deux-tours du 3 mai prochain. Jeudi 27 avril, Emmanuel Macron a pu entendre se manifester de nombreux soutiens, tels que Jean-Claude Mailly, une quarantaine d’associations et syndicats de la culture, Audrey Pulvar, Laurence Parisot, Benoît Hamon, Anne Hidalgo, la Conférence catholique des baptisés francophones (CCBF), Yannick Jadot, Pierre Laurent, Claude Bartolone ou encore François Bayrou. Jean-Luc Mélenchon n’a pour sa part pas encore donné de consigne de vote, et l’éditorialiste Jean-Michel Apathie a très vivement critiqué le début de campagne d’Emmanuel Macron, tout comme Gérard Filoche. Marine Le Pen a, de son côté, été clairement soutenue par Christine Boutin, tandis que Nicolas-Dupont Aignan ne s’est toujours pas décidé à donner une consigne de vote en sa faveur.   

18:06 – Débat entre Marine Le Pen et Emmanuel Macron : leurs prochaines interventions sur France Info

La candidate du Front National Marine Le Pen et le leader du mouvement En Marche! Emmanuel Macron seront les invités de France Bleu et France 3 Régions les 28 et 29 avril prochains. Marine Le Pen défendra en premier ses idées le vendredi en direct à partir de 8h10. Emmanuel Macron fera de même en direct le samedi à partir de 8h10. 

17:58 – Débat de l’entre-deux-tours : le 3 mai, BeIN SPORTS maintient la diffusion du match Monaco-Juve (football)

Mercredi 3 mai va être un dilemme pour beaucoup de téléspectateurs (ou pas). TF1, France 2 et BeIN SPORTS ont décidé de maintenir leur programme respectif, à savoir le débat de l’entre-deux-tours de l’élection présidentielle – où s’affronteront Emmanuel Macron (En Marche!) et Marine Le Pen (Front National) – et le match de football de l’année : Monaco-Juve. 

17:18 – “Menteuse”, “xénophobe” : Macron en campagne à Sarcelles multiplie les attaques contre Le Pen

Emmanuel Macron, actuellement en campagne dans la ville populaire de Sarcelles, en a profité pour attaquer sa concurrente Marine Le Pen, la traitant notamment de menteuse et l’accusant d’être à la tête d’un parti xénophobe. “Dans les quartiers, les gens sont bloqués, assignés à résidence. Madame Le Pen, elle, veut qu’ils restent là ou qu’ils s’en aillent”, explique le candidat d’En Marche! à la foule qui l’entoure, très remonté. “Dans son programme, Marine Le Pen promet aux habitants des banlieues de revenir à la retraite à 60 ans, d’augmenter le nombre de fonctionnaires, de baisser les impôts. Mais qui va payer tout ça ? Les caisses de l’Etat sont vides. Elle vous ment”, assène-t-il, dénonçant par ailleurs le fait que le nouveau président du Front National soit l’auteur de propos “xénophobes”, qui sont “très graves”. Emmanuel Macron a ajouté que “la France, ce n’est pas la haine de l’autre que propose Marine Le Pen. La France, c’est un pays qui accueille toutes les religions, toutes les couleurs, toutes les nationalités, comme ici à Sarcelles, où les gens vivent bien”, pour conclure que : “je veux aller parler à toutes les Françaises et tous les Français. Sarcelles est une ville pleine de fractures, c’est une formidable leçon de ce qu’est la France. La France n’est pas ce que dit Madame Le Pen.” 


 

17:02 – En campagne à Sarcelles, Macron se lâche et joue au foot avec les jeunes du quartier (VIDÉO)

Très détendu lors de sa visite de campagne à Sarcelles, Emmanuel Macron s’est même risqué à jouer au foot avec quelques jeunes du quartier, plus qu’enthousiastes, alors qu’il était… en costume et chaussures de ville. Une après-midi qui contraste fortement avec celle d’hier, où le leader d’En Marche! s’est fait copieusement chahuté par les salariés en grève de l’usine Whirlpool.

16:56 – “Le Pen ne peut pas venir dans ce quartier”, critique Macron, en campagne à Sarcelles

“Madame Le Pen ne peut pas venir dans ces quartiers”, a clairement critiqué le candidat à la présidentielle Emmanuel Macron, actuellement en campagne dans la ville populaire et multiculturelle de Sarcelles. Pourtant, “dans ces quartiers, il y a des difficultés mais aussi des opportunités”, a assuré le leader d’En Marche!, qui souhaite que l’on “voit ce qui fonctionne dans les quartiers”.

16:38 – Selfies, autographes : les jeunes de Sarcelles s’arrachent Macron

Emmanuel Macron, qui vient de sortir d’un commissariat de la ville de Sarcelles pour saluer les policiers et leur rendre hommage, accompagné du maire de la ville François Pupponi, enchaîne les signatures d’autographes et les selfies avec les jeunes du quartier. 

16:23 – “Sarcelles fait partie des villes où il y a des choses à faire et des défis à relever”, selon Macron

“Sarcelles fait partie des villes où il y a des choses à faire”, a déclaré le candidat à la présidentielle Emmanuel Macron (En Marche!), actuellement en campagne dans la ville du Val-d’Oise. Il s’apprête à rencontrer une association sportive spécialisée dans la réinsertion des jeunes en difficulté.  

16:19 – Bain de foule : gros succès pour Emmanuel Macron en campagne à Sarcelles

Emmanuel Macron (En Marche!) vient d’arriver dans le quartier populaire de Sarcelles, où il est accueilli sous les applaudissements, des “Macron Président”, et même un câlin d’une habitante. Le candidat est en plein bain de foule, sans doute l’un des plus importants de sa campagne. 

16:12 – Le Pen raille Macron, qui ne supporte pas d’associer le mot “pénibilité” au mot “travail”

Lors de sa visite ce matin aux pêcheurs de Gau-du-Roi dans le Gard, la candidate du Front National à l’élection présidentielle a raillé son concurrent Emmanuel Macron (En Marche!). “Monsieur Macron ne supporte pas que l’on associe le mot pénibilité au mot travail” s’est moquée Marine Le Pen, avant de souligner que la pénibilité au travail était un fait bien réel, et que ceux qui la subissaient devaient pouvoir en tirer les fruits.  

15:29 – Mise en scène : Le Pen déclare n’avoir “aucune leçon à recevoir de Macron” (en Une de Paris Match)

Emmanuel Macron (En Marche!) a accusé la candidate du Front National Marine Le Pen de faire de “la mise en scène et de la communication” plutôt que de la politique, en faisant notamment référence à son apparition surprise sur le site de l’usine de Whirlpool à Amiens mercredi 26 avril. Ce à quoi la candidate du Front National a répondu qu’elle n’avait “aucune leçon à recevoir d’Emmanuel Macron” en la matière. Ce dernier fait par ailleurs la Une du Paris Match qui vient de sortir.  

15:24 – Marion Maréchal-Le Pen sera en meeting à Sorgues mercredi 3 mai, date du débat présidentiel

Alors que la nièce de Marine Le Pen évoque la fin possible de sa vie politique après les résultats du second tour, Marion Maréchal-Le Pen vient tout de même d’annoncer qu’elle sera en meeting à Sorgues mercredi 3 mai, soit à la même date que celle du débat présidentiel.  

Selon l’enquête Ifop-Fiducial pour Sud Radio et CNews du 24 avril, le rapport de force entre les deux candidats penche largement en faveur du leader d’En Marche, crédité de 61% des suffrages au second tour. Cette tendance va-t-elle évoluer d’ici le 7 mai prochain ? Pour le savoir, suivez en direct sur cette page le déroulement de la campagne des deux finalistes de l’élection présidentielle 2017. 

Source : http://www.linternaute.com/actualite/politique/1377067-macron-le-pen-le-debat-s-envenime-les-moqueries-pleuvent/

Source link