En «refondation», les socialistes font profil bas

<p class="canvas-atom canvas-text Mb(1.0em) Mb(0)–sm Mt(0.8em)–sm" type="text" content="

Dans le huis clos de la Maison de la chimie à Paris, le PS est tombé d’accord sur une «feuille de route» à faire adopter dans un mois par les militants. Le congrès aura lieu en février 2018.

 » data-reactid= »11″>

Dans le huis clos de la Maison de la chimie à Paris, le PS est tombé d’accord sur une «feuille de route» à faire adopter dans un mois par les militants. Le congrès aura lieu en février 2018.

<p class="canvas-atom canvas-text Mb(1.0em) Mb(0)–sm Mt(0.8em)–sm" type="text" content="Au Parti socialiste aussi, le nouveau monde chasse l’ancien. Ce samedi après-midi, à la Maison de la chimie où se tenait ce week-end le séminaire de rentrée du parti, le sénateur de Paris David Assouline parle «rénovation» devant les caméras. Mais quand le couple Najat Vallaud-Belkacem et Boris Vallaud arrive de l’autre côté, les caméras se tournent instantanément, le plantant seul, sur le trottoir. De même, quand l’ancien ministre de l’Intérieur Matthias Fekl est aux micros pour faire sa déclaration, Jean-Christophe Cambadélis se faufile en catimini à l’intérieur. Le futur ex-premier secrétaire refuse de parler à la presse. «Je me mets au fond de la salle et j’écoute sagement», confie-t-il tout juste sur le ton de la blague. C’est pourtant lui qui, par un discours, a ouvert et fermé ce séminaire se tenant, comme c’est le cas depuis trois ans au PS, à huis clos. » data-reactid= »12″>Au Parti socialiste aussi, le nouveau monde chasse l’ancien. Ce samedi après-midi, à la Maison de la chimie où se tenait ce week-end le séminaire de rentrée du parti, le sénateur de Paris David Assouline parle «rénovation» devant les caméras. Mais quand le couple Najat Vallaud-Belkacem et Boris Vallaud arrive de l’autre côté, les caméras se tournent instantanément, le plantant seul, sur le trottoir. De même, quand l’ancien ministre de l’Intérieur Matthias Fekl est aux micros pour faire sa déclaration, Jean-Christophe Cambadélis se faufile en catimini à l’intérieur. Le futur ex-premier secrétaire refuse de parler à la presse. «Je me mets au fond de la salle et j’écoute sagement», confie-t-il tout juste sur le ton de la blague. C’est pourtant lui qui, par un discours, a ouvert et fermé ce séminaire se tenant, comme c’est le cas depuis trois ans au PS, à huis clos.

<p class="canvas-atom canvas-text Mb(1.0em) Mb(0)–sm Mt(0.8em)–sm" type="text" content="Car si le premier secrétaire démissionnaire est toujours en poste – du moins jusqu’à fin septembre – l’heure est à la «refondation» au Parti socialiste. La direction collégiale, composée d’une trentaine de membres, a planché tout l’été sur une «feuille de route» que ce séminaire est venu, disent-ils, enrichir. Les militants et sympathisants seront amenés à répondre à dix questions sur la forme et le fond du parti. «Le parti doit être plus moderne, plus agile et parfois plus discipliné, annonce Rachid Temal, membre de la direction collégiale, lors de la conférence de presse de clôture. On ne doit plus donner le spectacle de congrès avec des écuries et des accords dans les arrière-cuisines.» Le calendrier sera entériné lors d’un bureau national le 4 septembre : la consultation militante aura lieu le 28 septembre, des «assises de la refondation» pour débattre de la ligne politique se dérouleront en décembre et le congrès (…) Lire la suite sur Liberation.fr

Pour leur rentrée, les juppéistes maintiennent le flou
Mélenchon et le Venezuela : l’inquiétant déni
PS: la direction provisoire veut «tourner la page des vieux congrès»
Mélenchon place «la lutte» au cœur de la rentrée
Depuis Marseille, Mélenchon appelle le «peuple» au «combat» face à Macron
 » data-reactid= »13″>Car si le premier secrétaire démissionnaire est toujours en poste – du moins jusqu’à fin septembre – l’heure est à la «refondation» au Parti socialiste. La direction collégiale, composée d’une trentaine de membres, a planché tout l’été sur une «feuille de route» que ce séminaire est venu, disent-ils, enrichir. Les militants et sympathisants seront amenés à répondre à dix questions sur la forme et le fond du parti. «Le parti doit être plus moderne, plus agile et parfois plus discipliné, annonce Rachid Temal, membre de la direction collégiale, lors de la conférence de presse de clôture. On ne doit plus donner le spectacle de congrès avec des écuries et des accords dans les arrière-cuisines.» Le calendrier sera entériné lors d’un bureau national le 4 septembre : la consultation militante aura lieu le 28 septembre, des «assises de la refondation» pour débattre de la ligne politique se dérouleront en décembre et le congrès (…) Lire la suite sur Liberation.fr

Pour leur rentrée, les juppéistes maintiennent le flou
Mélenchon et le Venezuela : l’inquiétant déni
PS: la direction provisoire veut «tourner la page des vieux congrès»
Mélenchon place «la lutte» au cœur de la rentrée
Depuis Marseille, Mélenchon appelle le «peuple» au «combat» face à Macron

Source link : https://fr.news.yahoo.com/refondation-socialistes-font-profil-bas-171157079.html

Author :

Publish date : 27 August 2017 5:11 pm

Source link