En colère, les Iraniens demandent à Apple le retour de leurs applications favorites

Ils revendiquent leurs droits numériques. De nombreux Iraniens protestaient samedi contre la suppression d’une dizaine d’applications mobiles parmi les plus utilisées en Iran sur l’Apple Store.

Des sociétés de taxi de type Uber ou des sites de vente en ligne comme Amazon. Ces services, très utilisés par les Iraniens, font partie des applications supprimées de la boutique de vente en ligne d’Apple, l’Apple Store. Aujourd’hui, elles ne sont plus disponibles. La nouvelle a immédiatement fait réagir le ministre iranien des télécommunications : «Le respect du droit des utilisateurs est un principe de base qu’Apple n’a pas respecté», a tweeté Javad Azari Jahromi.

«Les technologies de l’information doivent être utilisées pour rendre la vie des gens meilleure et plus confortable et non comme un moyen de discrimination entre les pays», a-t-il ajouté, promettant des «poursuites légales» dans cette affaire.

>> A lire aussi : VIDEO. Iran. Une présentatrice conservatrice crée la polémique en s’affichant sans voile, une bière à la mainIls protestent sur les réseaux sociaux

Sur les réseaux sociaux, le hashtag en anglais «StopRemovingIranianApps» (Arrêtez de supprimer les applications iraniennes) était en vogue ces derniers jours en Iran. Selon les médias iraniens, Apple a affirmé que ces applications n’étaient plus accessibles sur sa boutique en ligne Apple store en raison des sanctions américaines contre l’Iran.

Bien que les Etats-Unis aient levé une partie des sanctions à l’égard de la République islamique d’Iran après avoir conclu un accord en 2015 sur la limitation de son programme nucléaire, ils continuent d’appliquer des restrictions à ce pays

pour d’autres raisons.

Source link : https://fr.news.yahoo.com/col%C3%A8re-iraniens-demandent-%C3%A0-apple-165410237.html

Author :

Publish date : 27 August 2017 4:54 pm

L’article En colère, les Iraniens demandent à Apple le retour de leurs applications favorites est repris par MONDIALNEWS mais nous n’en sommes pas les auteurs. Voir ci-dessus : Source

Source link