ce que révèlent les quatre dernières investitures de “La République en Marche”

POLITIQUE – En ce vendredi 19 mai, jour de clôture des candidatures pour les élections législatives, La République En Marche a diffusé la liste définitive de ses 526 candidats. Le Palais Bourbon comptant 577 sièges, il y a donc 51 circonscriptions non pourvues (et ce pour des raisons bien précises). Pourtant, il y a deux jours à peine, on apprenait que le parti d’Emmanuel Macron avait couché 522 noms, soit 55 circonscriptions sans candidat.

Il y a donc quatre circonscriptions qui ont été attribuées entre-temps, et celles-ci en disent beaucoup sur la stratégie de La République En Marche.

Premier constat, les députés sortant (LR ou PS) pouvant s’inscrire dans une majorité au sens large ont été épargnés. Comme ceci était attendu, Marisol Touraine, Stéphane Le Foll, Thierry Solère ou encore Franck Riester n’auront pas à affronter de candidats LREM.

Parmi ceux qui n’ont pas été épargnés en revanche, on retrouve grâce à cette ultime liste le socialiste Daniel Vaillant et le député vallsiste David Habib.

Pour ce qui est de Vaillant, candidat dans la 17e circonscription de Paris, le contexte est particulier. L’ancien ministre de l’Intérieur, n’ayant pas été investi par le PS, avait sollicité l’investiture d’En Marche!. En vain. Il avait donc décidé de ne pas briguer de nouveau mandat. Mais en l’absence de candidats LREM dans sa circonscription, il avait finalement décidé de se lancer dans la course. Hélas pour ce dernier, il a eu connaissance avant la publication de la liste qu’il aurait bien une candidate face à lui: l’historienne Béatrice Faillès. À l’AFP, l’entourage de Daniel Vaillant a assuré que l’ancien ministre avait déposé sa candidature jeudi, et qu’il n’avait pas l’intention de la retirer.

Autre socialiste qui voit finalement un candidat LREM face à lui, David Habib. Si ce député sortant a voulu “séduire En Marche” dans les dernières heures, il voit finalement un candidat LREM, Michel Bernos, se porter candidat dans la 3e circonscription des Pyrénées-Atlantique. Pas de traitement de faveur donc, pour celui qui a voté Hamon au premier tour de la présidentielle.

Concernant les deux autres circonscriptions qui ont finalement trouvé un candidat LREM, il s’agit de la 6e circonscription de Moselle et la 3e circonscription de Marseille. Et celles-ci ne sont pas convoitées par n’importe qui. Ce sont respectivement les frontistes Florian Philippot et Stéphane Ravier, deux “stars” au FN, qui s’y portent candidat. À défaut d’avoir pu investir des candidats médiatiques et charismatiques, à l’image de la torera Maire Sara face à Gilbert Collard dans le Gard, dans ces territoires, La République En Marche a attendu le dernier moment pour y investir des candidats et ainsi éviter un procès en désertion.

Lire aussi :

• Emmanuel Macron sur la base militaire de Gao au Mali

• L’Élysée dément choisir les journalistes habilités à suivre Macron à l’étranger

• Un livre de Hulot annulé à cause de son entrée au gouvernement? L’éditeur dément

• Pour suivre les dernières actualités en direct sur Le HuffPost, cliquez ici

• Tous les matins, recevez gratuitement la newsletter du HuffPost

• Retrouvez-nous sur notre page Facebook

À voir également sur Le HuffPost:

Envoyer une correction

Source : http://www.huffingtonpost.fr/2017/05/19/legislatives-2017-ce-que-revelent-les-quatre-dernieres-investi_a_22099357/

Source link